Expérimentation GoodWatt à Schiltigheim

Une expérimentation vélo qui favorise le report modal

11 03 2024 | Actualités

350 employeurs clients et 6.000 collaborateurs accompagnés, 50.000 trajets domicile-travail effectués à vélo et 875.000 km parcourus. C’est le bilan 2020-2023 du programme GoodWatt, proposé par Mobilités Demain, lauréate de l’appel à projets CEE. La jeune pousse, implantée à Paris, Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Angers, disposait de 7 M€ sur trois ans pour mettre en œuvre des expérimentations partout sur le territoire: des collaborateurs d’entreprises et de collectivités pouvaient, durant un mois, essayer un VAE pour leurs trajets pendulaires. L’objectif ? Permettre à ces salariés de changer leurs habitudes de déplacement et augmenter in fine la part modale du vélo. Au total, le programme GoodWatt s’est déployé dans 45 agglomérations, dont 60% d’entreprises privées. 76% étaient des automobilistes et 77% ne pratiquaient pas le vélo.

A l’issue des expérimentations, 76% des usagers se disent convaincus par le VAE et 63% disent vouloir s’équiper, selon Mobilités Demain. Parmi les raisons invoquées, les néo-cyclistes mettent en avant le respect de l’environnement, la pratique physique et le sentiment de liberté procuré. Ni les économies réalisées ni le temps gagné ne sont cités en premier. L’enquête montre également que 55% de ces usagers utilisent désormais le vélo au quotidien, et que 30% ont acheté un VAE six mois après la fin de l’expérimentation. En outre, 47% des employeurs ont choisi de participer au financement de ce changement de mode de déplacement via une aide à l’achat, le FMD ou encore un financement partagé, selon Mobilités Demain.

L’expérimentation était subventionnée à 85% via les CEE, l’employeur prenant à sa charge le solde. Elle a permis à Mobilités Demain d’amortir l’investissement nécessaire à l’acquisition d’une flotte de 650 VAE Gitane fabriqués en France et à la conception des plateformes digitales de suivi et d’accompagnements  des néo-cyclistes. Depuis le 1er janvier 2024, l’aide n’existe plus. Mobilités Demain a néanmoins décidé de poursuivre le programme GoodWatt. Désormais, une expérimentation avec dix collaborateurs revient, par exemple, entre 4.000 et 10.000 € pour l’employeur selon le service proposé et ses besoins. 

Parallèlement, l’offre Mobilités Demain s’étoffe pour répondre aux différentes demandes de ses clients: un premier univers de services est axé sur les conseils (diagnostic des habitudes de mobilité des collaborateurs, stratégie de transition avec des objectifs de report modal, plan d’actions) avec des indicateurs de suivi. Un deuxième porte sur l’essai lui-même des VAE, avec une offre clé en main qui comprend la formation à la remise en selle et une appli mobile, sorte de «coach de poche» pour les néo-cyclistes. L’employeur est accompagné de A à Z et dispose d’un bilan chiffré six mois après la fin de l’expérimentation. Enfin, Mobilités Demain propose aux employeurs la location durant 12 à 36 mois de VAE reconditionnés (nominatifs ou en libre-service), et le rachat de la flotte avec une plateforme digitale qui permettra à l’employeur de suivre l’utilisation des vélos.

Florence Guernalec

 

Le retour d’expérience de Schiltigheim

La ville de Schiltigheim, située au sein de l’Eurométropole de Strasbourg, a mis en œuvre deux expérimentations avec le programme GoodWatt. Au total, 40 collaborateurs sur les 565 agents administratifs ont essayé le VAE pour leurs trajets domicile-travail. Les volontaires ciblés étaient, en premier lieu, des automobilistes. Résultat, 75% des salariés se disent convaincus : 50% se déplacent désormais à vélo et plus de 80% ont acheté leur propre matériel.

Cette expérimentation a conduit la commune à mettre à jour son diagnostic mobilité via une étude d’accessibilité des sept sites de la Ville et une enquête de mobilité auprès des agents. En effet, une cartopartie, réservée aux collectivités en raison de leur nature d’aménageurs, a permis aux usagers de donner leur avis sur les aménagements cyclables. Ces diagnostics ont débouché sur un plan d’actions qui inclut notamment une optimisation et l’équipement en stationnement vélos, et le déploiement d’une flotte vélos qui permet aux agents de se déplacer d’un site à l’autre de la Ville.

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...