Routes: rapprocher infrastructures et usages pour réussir la décarbonation des mobilités

28 03 2024 | Actualités

Une nouvelle ère s’ouvre à l’Institut des routes, des rues et des infrastructures de mobilité (Idrrim): le président-fondateur, Yves Krattinger, passe le relais à Claude Riboulet, après 14 ans de mandat. Certains  verront une forme de changement dans la continuité, puisqu’un président de département rural, l’Allier, succède à un président de département rural, la Haute-Saône. Toutefois, la feuille de route de Claude Riboulet passe par quelques évolutions majeures, reflets des enjeux liés aux nouvelles mobilités et à la décarbonation. Comme l’a rappelé Yves Krattinger en clôture du congrès de l’Idrrim organisé à Montpellier, le 27 mars, l’Institut a été constitué en réunissant «trois familles d’acteurs, l’Etat et ses services, les entreprises, et les collectivités locales». Il y a 15 ans, le principal objectif était de préserver le patrimoine routier tout en répondant aux besoins d’ingénierie des collectivités, après des années de sous-investissement et de dépréciation du mode routier. L’engagement d’Yves Krattinger, sa force de conviction, ont largement contribué à cette prise de conscience : la route reste et restera le support principal des dépacements de personnes et de marchandises. «70% des mobilités continueront à passer par la route en 2050», souligne Jean-Pierre Paseri, président de Routes de France. Mais les évolutions sont bel et bien à l’œuvre. Ainsi, le chiffre d’affaires des entreprises du secteur provient à présent à 80% des aménagements urbains ou de l‘entretien des infrastructures existantes. Les nouvelles routes ne représentent plus que 10% de l’activité. Et les mobilités se transforment: plus douces, plus actives, et toujours plus décarbonées.

Parallèlement, l’Etat se décharge de plus en plus de la compétence routière pour la transmettre aux collectivités. «Même si l’Idrrim n’a pas vocation à s’exprimer sur le modèle économique, il est nécessaire d’aborder l’enjeu budgétaire, indique Claude Riboulet. L’Etat doit-il rester le seul à pouvoir mettre en concession des réseaux alors que la compétence a été transférée au fil des lois de décentralisation?» Pour la même raison, le nouveau président veut ouvrir l’Idrrim aux Régions (dont certaines expérimentent la gestion d’une partie du réseau routier), mais aussi aux constructeurs de véhicules et aux nouveaux usagers de la route, et mettre fin à la segmentation entre infrastructure et usage. En matière de partage des bonnes pratiques, Claude Riboulet veut diffuser et vulgariser davantage afin de mieux faire rayonner les travaux de l’Idrrim, en particulier l’Observatoire des routes. Ces approches ont d’ailleurs déjà été discutées au sein de l’Institut, et ont commencé à se traduire dans le Pacte d’engagement signé en 2021. Depuis, le cadre règlementaire a lui aussi évolué, avec l’instauration du principe de Zéro artificialisation nette (ZAN), réponse indispensable au réchauffement climatique. La trajectoire d’adaptation à +4°C, fixée par le Gouvernement, permet désormais d’affiner les scénarios. Reste à réaliser l’ensemble des interventions nécessaires, à la fois pour consolider et adapter ce qui doit l’être, mais aussi pour équiper l’ensemble des routes françaises en infrastructures de charge électrique ou hydrogène.

Sandrine Garnier

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...