Renaud Lagrave
Renaud Lagrave
Vice-président du Conseil régional en charge des Transports et des Mobilités

« Il n’y aura pas de grand soir du RER métropolitain en Nouvelle-Aquitaine »

Mobily-Cités : Le projet de RER métropolitain bordelais avance à son rythme, avec l’objectif d’une mise en service complète en 2028. Etes-vous confiant dans la poursuite du calendrier ?

Renaud Lagrave : Nous avons choisi d’avancer de façon progressive, en rajoutant de l’offre à chaque nouveau service annuel. Il n’y aura pas de grand soir du RER métropolitain en Nouvelle-Aquitaine. C’est la raison pour laquelle nous restons sereins. Nous avons engagé notre projet de RER métropolitain en 2018, avec l’objectif d’une mise en service totale dix ans plus tard, avec un cadencement à la demi-heure sur les 2 lignes majeures, Arcachon – Libourne et Langon – Saint-Mariens – Saint-Uzan. Les annonces du Président de la République et le plan présenté par la Première ministre à la fin février ne changent rien à notre feuille de route. Jusqu’à présent, nous n’avons aucune précision sur l’enveloppe de 13 Md€ consacrée aux RER métropolitains, ni sur la ventilation des 100 Md€, ni sur le volet Mobilité du CPER en Nouvelle-Aquitaine. Les travaux d’aménagement des nouvelles haltes se poursuivent, tout comme ceux visant à permettre le retournement des rames à Saint-Mariens, nos matériels roulants sont commandés.

Parallèlement à cette amélioration de l’offre, vous préparez aussi l’intégration tarifaire.

Nous travaillons sur l’intégration tarifaire avec le réseau TBM, dans le cadre de Nouvelle-Aquitaine Mobilités. L’ensemble des AOM avance, chacun à son rythme. Certaines étaient déjà demandeuses de longue date, d’autres ont encore besoin de prendre leur temps. In fine, nous vendrons tous des billets combinés avec intégration tarifaire.

Après Bordeaux – Créon, où en est-on sur la 2e ligne de cars express en direction de Blaye ?

Des études menées par Vinci sont en cours pour l’aménagement de voies réservées dédiées à la future ligne de Blaye, qui sera mise en service début 2024. Il s’agit de déterminer s’il vaut mieux utiliser la voie de secours ou bien dédier une autre voie de circulation aux transports collectifs, comment la mettre en place et la faire respecter. Nous devons aussi examiner d’éventuels travaux d’élargissement des voies ou des accès, et au passage de certains ouvrages d’art.

À lire également

Hubert du Mesnil

Hubert du Mesnil

Président de l’Institut de la Gestion Déléguée (IGD)

 Anh Lai
Mobily-Cités : Bonjour Anh, pouvez-vous nous parler du marché du Transport par Autocar Librement Organisé dit SLO ?  Anh Lai: Le marché des SLO a poursuivi sa reprise en 2023, comme l'illustre les indicateurs de suivi du marché. D’abord, on observe une augmentation de...
Pauline Henriot
Mobily-Cités : Bonjour Pauline et merci de nous recevoir. Tout d’abord, pouvez-vous nous rappeler rapidement les missions et la raison d’être de l'ART ? Pauline Henriot :  L'Autorité de Régulation des Transports (ART) œuvre au développement de mobilités de qualité, au...
Hubert du Mesnil
Mobily-Cités :  Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi consiste la gestion déléguée et son importance dans les services publics ? Hubert du Mesnil : Bonjour. La gestion déléguée est une forme de partenariat où une collectivité publique, comme une commune,...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
Pauline Henriot

Pauline Henriot

Direction de la régulation sectorielle des transports 2 (Autoroutes, transport routier de voyageurs)
Responsable de domaine