RATP: résultat dans le rouge pour le groupe, mais positif pour l’EPIC

12 03 2024 | Actualités

Le groupe RATP a réalisé un chiffre d’affaires de 6,5 Md€ en 2023, en hausse de 7,2% sur un an, tiré par l’augmentation de l’offre de transport sur le bus et le métro en Île-de-France, le développement de la filiale RATP Dev en France et à l’international, en particulier aux Etats-Unis et au Moyen Orient, et l’indexation sur l’inflation des contrats avec les autorités organisatrices. L’inflation pèse sur le résultat opérationnel, qui recule de 87 M€ pour s’établir à 107 M€. Le résultat net part du groupe reste dans le rouge, à -109 M€, contre -26 M€ en 2022. L’avenant conclu en fin d’année avec Ile-de-France Mobilités a permis de sauver le bénéfice de l’EPIC, qui s’établit à 18 M€ (9 M€ en normes françaises) malgré un résultat opérationnel de 132 M€, en baisse de 74 M€. Les 345 M€ (295+50) accordés par l’autorité organisatrice francilienne en décembre ont ainsi permis de couvrir les évolutions salariales et les surcoûts liés à l’augmentation des prix de l’énergie (135 M€ supplémentaires). De son côté l’EPIC RATP a produit des efforts de productivité qui ont contribué à compenser ces surcoûts.

Du côté des filiales, le résultat opérationnel reste négatif, à -26 M€, pour un résultat net lui aussi dans le rouge de 127 M€, affecté par les résultats de l’activité des bus londoniens de RATP Dev, activité dont le groupe se désengage progressivement. Avec 2,3 Md€, les investissements du groupe en Ile-de-France ont atteint un niveau historique en 2023. Malgré la croissance des investissements, la dette nette consolidée du groupe reste stable, à 5,5 Md€.

S. G. 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...