Frecciarossa Trenitalia

Quand un éboulement rapproche la SNCF et Trenitalia

07 09 2023 | Actualités

L’interruption pour au moins deux mois du trafic ferroviaire entre la France et l’Italie pourrait bien créer un précédent dans la jeune histoire de l’ouverture du réseau français à la concurrence. Selon nos informations, Trenitalia et la SNCF sont en discussion pour permettre à la compagnie italienne d’entretenir ses rames à grande vitesse Frecciarossa sur une installation de maintenance du groupe français. Quel rapport avec l’éboulement survenu le 27 août dans la vallée de la Maurienne (Savoie) qui a gravement abimé la voie? Le sinistre a entrainé une première conséquence visible, celle de suspendre l’un des deux matchs que se livrent les deux entreprises ferroviaires. La SNCF et Trenitalia s’affrontent en effet sur la destination Paris-Milan depuis fin 2021. 

Pas de quoi mettre cependant fin à la présence en France de la compagnie translapine qui peut continuer d’exploiter ses dessertes Paris-Lyon, jusqu’ici apanage de la SNCF. Seul impact, des rames rouges étant bloquées de l’autre côté des Alpes, la fréquence sur cette ligne a été ramenée à 2 allers et retours quotidiens contre 3. Mais Trenitalia se trouve toutefois gênée aux entournures puisqu’elle ne peut plus renvoyer ses rames à proximité de Milan où elle les fait régulièrement réviser. Dans l’immédiat, le groupe «a mobilisé, en urgence, une équipe d’experts de Milan pour réaliser une partie de la maintenance des trains Frecciarossa en France», a-t-il fait savoir le 1er septembre.

Mais maintenant, il s’agit de trouver une organisation pérenne surtout si la réouverture de la desserte internationale prend plus de temps. «Nous discutons en effet avec SNCF Voyageurs pour pouvoir faire de la maintenance», confirme l’entreprise publique italienne. «Nous avons fait une offre et nous espérons que Trenitalia l’acceptera», détaille pour sa part Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs, dans le rôle du beau joueur. Tout dépendra du tarif proposé par la SNCF, qui se trouve en position de force, ainsi que des conditions opérationnelles. Jusqu’à présent, les discussions que des candidats aux marchés français ont eues sur ce sujet avec l’ex-monopole ont capoté pour ces raisons. Mais les Italiens n’ont pas vraiment d’alternative.

Marc Fressoz

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...