Morganti-Pascal
Pascal Morganti
Directeur régional Nouvelle-Aquitaine Occitanie Transdev

« La transition énergétique s’incarne au quotidien dans nos offres »

En Nouvelle-Aquitaine, Transdev déploie aux côtés des autorités organisatrices de mobilité un large mix énergétique d’alternatives au diesel. Mais la transition énergétique passe aussi par la mise en œuvre d’une offre attractive et de qualité, à l’instar de la ligne de cars express Bordeaux-Créon. Tour d’horizon avec le directeur régional, Pascal Morganti.

Propos recueillis par Camille Valentin

Mobily-Cités : Comment s’organise l’accompagnement des autorités organisatrices des mobilités en matière de transition énergétique sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine ?

Pascal Morganti : En tant qu’opérateur de mobilité, nous sommes naturellement engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Notre expertise dans l’exploitation de moyens de transport à faible émission de CO2 et notre connaissance des dernières innovations nous permettent d’élaborer des réponses pour accélérer la transition énergétique du parc des autorités organisatrices des mobilités. Notre volonté est de proposer un véritable mix énergétique afin de déployer des flottes performantes, responsables et durables. Electrique, hydrogène, hybride, bioGNV, bioéthanol, B100 et HVO, autant d’énergies alternatives qui peuvent être envisagées en fonction des problématiques spécifiques des territoires.

Avant tout lancement, nous expérimentons pour tester la pertinence d’une solution. Par exemple, pour développer les transitions alternatives au diesel sur les lignes interurbaines, nous avons vérifié l’autonomie et la maintenance des véhicules circulant au GNV et au bioéthanol ED95, puis mesuré la sécurité et la réactivité de nos équipes.

Ces phases d’expérimentation nous ont permis d’être audacieux dans le cadre de nos réponses aux délégations de service public à partir de 2018. Les avancées vertueuses de Transdev Nouvelle-Aquitaine se sont ensuite déployées plus largement avec des biocarburants à La Rochelle, Libourne, au sein du bassin Nord d’Arcachon ainsi que sur des dessertes périurbaines et scolaires en Charente-Maritime. La solution électrique a également fait son chemin à Brive, Niort, dans le sud Pays Basque, à Libourne, puis sur des lignes interurbaines en Dordogne, dans un premier temps, ainsi qu’en Gironde. Le bioGNV a été lancé à Mont-de-Marsan en 2020 puis en Dordogne, dans la Vienne, en Charente et en Gironde. Une station dédiée de grande envergure alimentant 58 véhicules a été construite en 2021 sur le dépôt de Citram Aquitaine à Bordeaux. Distribué par Gaz de Bordeaux, le BioGNV de ce site provient de 3 exploitations situées dans le Médoc. Une solution qui permet une véritable valorisation des circuits courts au bénéfice du transport collectif. Et d’autres projets sont à l’étude !

La transition énergétique s’incarne au quotidien dans nos offres. Elle prend également forme avec des dessertes saisonnières proposées sur la quasi-totalité des réseaux urbains et sur certaines dessertes périurbaines notamment en Gironde, en Charente-Maritime, dans le Périgord et pour l’hiver dans les Pyrénées Atlantiques. Desserte emblématique la plus fréquentée, lancée en 2019, la ligne La Rochelle-Ile de Ré dispose, de plus, d’une flotte de véhicules au bioéthanol issu de marc de raisin dont la production d’ED95 est réalisée à Coutras. Une solution présente sur deux autres de nos réseaux.

Depuis 2019, nous exploitons le car express sur la ligne Créon-Bordeaux, premier des 12 corridors routiers de mobilité par autocar. Dans un futur proche, nous mettrons en service la déclinaison du corridor Bordeaux-Blaye d’environ 25 allers-retours quotidiens.

 

Vous avez souvent un réel côté « pionnier » en matière de développement de solutions ? Comment avez-vous procédé sur les différents territoires, urbains, interurbains, péri-urbains, petits et grands réseaux ?

Premier point, notre enjeu quotidien est de limiter l’autosolisme au profit de la réduction de l’empreinte environnementale, tout en proposant des services de mobilités accessibles. Pour cela, nous sommes de véritables acteurs engagés auprès des AOM pour développer des coopérations. Qu’il s’agisse d’un réseau urbain, péri-urbain, grands ou plus petits réseaux, nous cherchons à adapter nos solutions.

En 2012, nous avons eu l’opportunité de déployer le concept de l’e-car, sur la ligne Bordeaux/Lège-Cap Ferret. Prémices des cars express d’aujourd’hui, l’e-car a été le premier car interurbain français à haute qualité de services. Il visait à inciter les automobilistes à prendre un transport en commun. La fréquentation a doublé en trois mois, un véritable succès. Depuis, cette ligne dispose d’une réservation en ligne.

Pour la ligne La Rochelle – Ile de Ré, nous avons équipé 9 cars de racks à vélo dès 2019, pendant les deux mois de la saison estivale. Ce service est accessible sur réservation. Depuis, la LOM a créé une obligation concernant l’emport de vélos à bord des véhicules interurbains neufs.

Pour le réseau de transports de l’agglomération rochelaise, nous avons proposé la première ligne de bus Yélo, en 100% électrique.
En Nouvelle-Aquitaine, Transdev est le seul opérateur à exploiter des lignes de cars électriques, notamment entre Périgueux et Bergerac. En 2019, nous avons été impliqués dans l’expérimentation de la ligne 407 Bordeaux-Créon. Ce service a été déployé en moins de neuf mois grâce à la coopération inédite entre l’ensemble des acteurs, Région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole et le département de la Gironde pour la voirie. Depuis, nous gérons le premier corridor de cars express.

 

Pourriez-vous nous préciser les caractéristiques de la ligne 407 ? Pourquoi est-elle qualifiée comme ligne de car express ?

La ligne 407 relie le bassin de vie de 35 000 habitants dans l’Entre-deux-Mers à Bordeaux centre. Ce territoire connaît une croissance de la population supérieure au reste du département. La voiture est souvent le seul moyen de transport pour rejoindre la métropole, engendrant des problèmes constants d’encombrement. Organisé par la Région Nouvelle-Aquitaine, ce moyen de transport en commun a pour ambition de desservir des zones à fort développement urbain et soulager les axes routiers. Elle préfigure la mise en place d’un Service Express Métropolitain pour décongestionner les accès routiers au sein de l’aire urbaine de Bordeaux, qui sera totalement opérationnel à l’horizon 2028. Ce service dispose d’un volet ferroviaire et d’un volet routier basé sur le déploiement de lignes de cars express sur 8 corridors, en l’absence de lignes ferroviaires.

La Ligne 407 Créon-Bordeaux, représente 200 000 voyages par an, 850 par jour pour effectuer 28 kilomètres. Le temps de trajet est d’environ 50 minutes. C’est un car toutes les 15 minutes aux heures de pointe du lundi au vendredi de 6h à 22h. Elle dessert Lorient Sadirac, Salleboeuf, Fargues Saint-Hilaire et Tresses. Salleboeuf dispose d’une aire de stationnement et deux aires de covoiturage gratuites sont implantées le long du parc. Au total, ce sont donc 12 arrêts dont 8 hors de Bordeaux Métropole. Trois pôles intermodaux viennent compléter le dispositif Place de la République, Porte de Bourgogne et à Créon.

Des aménagements ont été réalisés sur le parcours. La ligne emprunte des couloirs bus en site partagé avec le co-voiturage entre Fargues et Tresses. A Bordeaux, les véhicules bénéficient de voies dédiées et le système Gertrude permet sur les carrefours à feux un accès prioritaire. Véhicules grand confort, ces cars de 57 places proposent une connexion wifi, des prises USB de recharge, un accès à la presse en ligne gratuite et des écrans d’informations voyageurs en temps réel.

Cette ligne, véritable référence nationale du car express, a rencontré un fort succès avec une montée en puissance rapide qui va bien au-delà des estimations du nombre de passagers. Le service a démontré sa capacité à s’inscrire comme une réelle alternative à la voiture individuelle. Il est 7 fois plus économique que la voiture pour l’usager, avec des temps de parcours quasi similaires, malgré les arrêts, et compte 63% d’abonnés en 2022.

À lire également

Grégoire de Lasteyrie

Grégoire de Lasteyrie

Président de la Communauté Paris-Saclay, conseiller régional d’Ile-de-France, en charge des nouvelles mobilités

Christophe Coulon
« Avec la SNCF, nous avons une sacrée reconquête de confiance à opérer » Christophe Coulon explique que le nouveau contrat TER passé avec la SNCF sur le lot d’Amiens a permis de rééquilibrer les relations avec l’opérateur historique et d’élever les exigences sur la...
Youenn Dupuis
Grande couronne : « Le modèle économique des contrats est pénalisé par le contexte inflationniste post-Covid » Tramways, trams-trains, lignes 16 et 17 du Grand Paris Express, lignes de bus en grande couronne… la filiale de la SNCF dédiée au transport urbain accroît...
Grégoire de Lasteyrie
« La qualité de l’intermodalité est déterminante pour faire adopter le transport public » Rééquilibrer l’offre de transports tout en décarbonant les mobilités en grande couronne, redynamiser le mode routier en l’articulant au réseau structurant, soutenir les modes...
Brice Lalonde
« Pour réussir à décarboner, nous devons faire preuve de pragmatisme » Ancien ministre de l’Environnement et ancien ambassadeur chargé des négociations internationales sur le Climat pour la France, Brice Lalonde préside aujourd’hui  l’association Equilibre des...
Youenn Dupuis

Youenn Dupuis

Directeur général adjoint en charge de l’Ile-de-France, Keolis