Navette autonome opérée par Bertolami dans le cadre du projet RIMA

Mobilité automatisée et connectée : 8 projets soutenus dans le cadre de France 2030

30 05 2023 | Actualités

Lancé en octobre 2021 dans le cadre de la stratégie «Digitalisation et Décarbonation des Mobilités» de France 2030, le dispositif «Mobilités routières automatisées, infrastructures de services connectées et bas carbone» a pour objectif de soutenir le développement d’une offre souveraine de systèmes, de composants et de services favorisant la mobilité routière automatisée, connectée et bas carbone. Huit projets lauréats ont été désignés dans le cadre de la thématique «Mobilité routière automatisée et connectée», concernent des pilotes de services de transport automatisé de voyageurs sous diverses formes (services réguliers, de transports à la demande, ou rabattements vers des pôles multimodaux).

Quatre projets ont été retenus au titre de la 1re relève de l’appel à projets, et quatre pour la 2:

  • AVFS : système de redondance de la sécurité pour un véhicule totalement automatisé
  • Log-Aut : véhicules automatisés de logistique et de manutention.
  • RIMA : pilote de services de transport automatisé, en mobilité inclusive, sans opérateur à bord (Crest Val de Drôme, Drôme).
  • 5G Open Road : services de transport de biens et de personnes automatisés et connectés tirant partie de la 5G (Vélizy-Villacoublay et plateau de Saclay, en Yvelines et Essonne)
  • MACH2 : transport public automatisé à partir d’une flotte de minibus de grande capacité à motorisation électrique ou hydrogène, sans opérateur à bord, dans un centre-ville sur route ouverte en trafic mixte et infrastructure connectée sécuritaire (Châteauroux, Indre).
  • MOBAUTO2 : service de mobilité automatisée partagé reliant un pôle multimodal et une gare routière, afin de développer la mobilité collective sur autoroute et réduire l’autosolisme (Longvilliers, Briis-sous-Forges et Massy, en Yvelines et Essonne).
  • SMACS : services de mobilité aux territoires, sans opérateur à bord et avec un superviseur à distance (Linas-Montlhéry, Mortefontaine et Plessis-Trévise, en Essonne, Oise et Val-de-Marne).
  • YELO DETA : service de transport à la demande automatisé, dans des zones à faible densité, pour les déplacements et le rabattement vers des services de mobilité existants à haut niveau de service (La Rochelle, Charente-Maritime).

Ces projets représentent un investissement industriel de 80 M€, dont près de 44 M€ de soutien public dans le cadre de France 2030. Doté de 3,6 Md€, ce programme vise la production de 2 millions de véhicules zéro émission par an et le développement d’une mobilité sobre, souveraine et résiliente.

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...