La 1re benne à ordures à hydrogène de France mise en service à Dijon

Le traitement des déchets, étape clé du passage à l’hydrogène pour Dijon

14 12 2023 | Actualités

Avec l’arrivée de sa première benne à ordures ménagères à hydrogène, Dijon Métropole marque une étape majeure dans la décarbonation de sa flotte de véhicules lourds. Le plan ambitieux présenté en 2018 visait à mettre en place un écosystème complet, de la production d’hydrogène vert à la consommation, en élargissant l’usage aux bus urbains. «Nous avons fait le pari de l’hydrogène pour enclencher une chaîne d’innovation, et nous avons choisi de commencer par le traitement des déchets. Même si ça ne fait pas vraiment rêver, c’est essentiel pour la réussite du projet», déclare François Rebsamen, président de Dijon Métropole. Un pari sur l’avenir et le développement des technologies, qui a déjà valu quelques années de retard au déploiement des équipements et à la mise en service des véhicules. La crise sanitaire d’abord, les tensions sur les matières premières et les composants ensuite, ont reporté l’ensemble d’environ 2 ans. Les choix opérés par les élus dijonnais n’en restent pas moins pertinents. Ainsi, la priorité donnée à la production locale d’énergie et aux renouvelables, affirmée dès la mise en service du tramway, permet à la collectivité de conserver une (relative) maîtrise des coûts. L’hydrogène vert sera produit grâce à l’électricité issue de la co-génération et va alimenter les bennes à ordures destinées à la collecte des déchets. 4 BOM à hydrogène seront en circulation d’ici 2026. Elles ont été rétrofitées à neuf par e-Trucks à partir d’un châssis DAF équipé d’une pile à combustible Proton et de batteries Forsee Power. «La PAC est utilisée comme prolongateur d’autonomie, et se met en route dès que la charge des batteries descend en-dessous de 75%», précise Michel Albrand, directeur du développement chez e-Trucks, qui a déjà commercialisé plus de 40 BOM hydrogène aux Pays-Bas, en Belgique ou en Allemagne. Quant aux 42 BOM de Dijon Métropole, elles seront converties au fur et à mesure des renouvellements.

Dijon va ensuite passer à la conversion de ses bus urbains. 26 véhicules articulés à hydrogène ont été commandés au constructeur belge Van Hool. Les premiers sont attendus au mois de mai prochain. A terme, une deuxième station de production d’hydrogène de 2 MW sera lancée sur le site du dépôt de bus et tramways, et un nouvel appel d’offres doit être lancé pour une vingtaine de bus supplémentaires. Au-delà, les élus se disent ouverts aux futures évolutions technologiques concernant la totalité du parc Divia de 180 véhicules. La Métropole a prévu de consacrer jusqu’à 100 M€ à ces projets d’ici à 2030 afin de réduire son empreinte carbone. La première tranche, qui couvre l’acquisition des 8 BOM et 26 bus nécessite plus de 24 M€, dont 15 M€ uniquement pour la station de production. Malgré les soutiens de l’Ademe (12,3 M€), de la Région, de l’Union européenne et de la Banque des Territoires, la capitale de la Bourgogne ne risque-t-elle pas de payer cher son engagement pionnier? Le président de la métropole lance un appel aux pouvoirs publics, dont l’aide est indispensable pour développer la filière. «Il faut considérer l’équilibre économique global des services. Si nous avions choisi des BOM électriques, il nous aurait fallu davantage de véhicules pour assurer le même service. Idem pour les bus. Et n’oublions pas l’impact sanitaire et social des émissions de CO2», souligne Jean-Patrick Masson, vice-président en charge de la Transition écologique. Les émissions évitées grâce aux BOM hydrogène représentent l’équivalent de 10 trajets aériens Dijon – New York pour une famille de ‘ personnes. Quant au différentiel de prix entre le kilo d’hydrogène et le litre de diesel, «il va se réduire avec l’application de la TIRUERT», remarque Michel Albrand.

Sandrine Garnier     

 

À lire également

35% des entreprises n’ont pas de projet FMD

35% des entreprises n’ont pas de projet FMD

Plus de 8 entreprises sur 10 interrogées ont rencontré au moins une difficulté lors de la mise en œuvre du Forfait Mobilités Durables (FMD), selon la 3e édition du baromètre FMD réalisé en novembre...

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
La Région Auvergne Rhône-Alpes commande 50 cars rétrofités hydrogène à GCK
«Une première européenne et une véritable bascule en termes de technologie, de développement durable, et de protection de l’environnement, avec du matériel produit en Auvergne Rhône-Alpes», annonce Laurent Wauquiez. Les cars rétrofités commandés par la région à...
Laurence Broseta
Australie, Etats-Unis, Moyen Orient : « Nous souhaitons avant tout nous renforcer sur nos marchés actuels » Keolis compte sur ses atouts pour consolider ses positions et gagner de nouveaux marchés à l’international. Métro sans conducteur, tramways, transports...
Le BEA-TT veut encore améliorer la sécurité aux passages à niveau
«En vingt ans, le BEA-TT a ouvert 268 enquêtes et émis un peu plus de 800 recommandations de sécurité…, a indiqué Jean-Damien Poncet, directeur du BEA-TT lors du séminaire organisé à l’occasion des vingt ans de l’organisme le 8 février 2024. Les recommandations du...
Transports publics: le Gart appelle Patrice Vergriete à organiser une conférence de financement
Après quasiment un mois d’attente, la nomination de Patrice Vergriete comme ministre délégué aux Transports suscite des réactions positives chez les professionnels et les collectivités. Le Gart salue un «élu de terrain, fin connaisseur des problématiques rencontrées...