Jean-Baptiste Schmider (Citiz): « L’autopartage n’est plus réservé aux grandes métropoles »

12 10 2023 | Actualités

Après avoir été mis à l’arrêt pendant la pandémie, l’autopartage redémarre en France. «L’activité a enregistré une croissance de 43% en 2022, et la dynamique se poursuit», indique Jean-Baptiste Schmider, PDG du réseau Citiz. La coopérative fondée il y a plus de 20 ans à Strasbourg continue donc d’essaimer, et pas seulement dans les grandes agglomérations comme Lyon, où Citiz LPA va être intégrée à la Société publique locale Mobilité (SPLM) et passer de 400 à 600 véhicules pour répondre aux besoins. «Avec le déploiement des ZFE et les difficultés de pouvoir d’achat, les villes moyennes s’intéressent de plus en plus à l’autopartage pour permettre à leurs habitants de continuer à se déplacer et à accéder aux métropoles», poursuit-il. Une offre Citiz a ainsi été lancée à Valence-Romans, Cahors ou Albi il y a quelques mois, ainsi que dans l’intercommunalité du Pays basque, où la déclinaison locale a pris le nom d’Aupa. La structure de coopérative permet à la collectivité de s’investir à différents niveaux, ce qui peut s’avérer indispensable pour équilibrer le service. «En dehors des grandes villes, nos offres d’autopartage ne peuvent pas fonctionner sans aide publique. Mais le soutien des villes peut aussi passer par une mutualisation de leur parc de véhicules, ou l’utilisation des voitures en autopartage par les agents», précise Jean-Baptiste Schmider.

Contrairement à ses concurrents, Citiz ne mise pas sur la voiture électrique, dont l’achat et l’utilisation restent incompatibles avec le modèle économique du service. «Partager un véhicule électrique est en réalité plus difficile que partager un véhicule thermique. On bute sur les coûts d’acquisition et de recharge», explique Jean-Baptiste Schmider. Un véhicule partagé doit pouvoir être utilisé aussi souvent que possible, mais la charge rapide renchérit considérablement les coûts d’exploitation du service. De plus, pour l’utilisateur qui n’a pas forcément l’habitude conduire un véhicule électrique, les choses peuvent devenir assez vite compliquées. En fait, après avoir réussi à simplifier le parcours client de l’autopartage grâce au numérique, le passage à l’électromobilité réintroduit de la complexité. Citiz rappelle que, selon l’Ademe, l’autopartage réduit la motorisation et induit le report modal : 1 voiture partagée, même thermique, équivaut à 5 à 10 voitures personnelles.

S. G.

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...