Contrôle sur le réseau M TAG à Grenoble

La fraude a coûté 5 M€ à Grenoble en 2022

28 03 2023 | Actualités

A Grenoble, le taux de fraude est passé de 9,6% à 13,% entre 2019 et 2022 sur le réseau de transport public M TAG. Résultat : un manque à gagner de 4 à 5 M€ par an, à comparer aux 36 M€ de recettes commerciales attendus en 2023. Le phénomène serait général en France, dû en partie à la crise économique et aux difficultés de pouvoir d’achat, qui poussent une partie des usagers à «oublier»  de payer leur ticket. D’autres ont perdu leurs bonnes habitudes pendant la crise sanitaire. Enfin, le télétravail a poussé une partie des usagers à abandonner leur abonnement. Autant de facteurs qui favorisent la fraude, intentionnelle ou pas. Cas particulier à Grenoble: la mise en place d’une billettique à QR-code serait à l’origine d’une partie des défauts de validation (1 porteur sur 5 de ce type de billet est en infraction). Ajoutons que le ticket magnétique traditionnel a disparu en 2021, ce qui n’est peut-être pas sans lien avec l’augmentation des infractions. 55.000 contraventions ont été dressées en 2022, soit 25% de plus qu’en 2019. L’absence de titre de transport arrive en tête des motifs, à 72%, et l’on a recensé davantage de fraudeurs sur les trajets courts (1 à 3 arrêts).

Parmi les solutions envisagées pour améliorer la situation, la mise en place d’une nouvelle plateforme numérique, l’Appli M disponible sur smartphone, qui va remplacer le Pass’Mobilités existant. Toujours au chapitre des outils sans contact, la mise en place de l’open payment va permettre la validation par carte bancaire à partir de l’automne. Mais le réseau M TAG va surtout renforcer et muscler les contrôles, revenir à la systématisation de la montée par l’avant dans les bus, et appliquer une amende de 5€ en cas de non-validation d’un titre en correspondance ou d’un abonnement. Pour les voyageurs sans titre de transport, le coût de l’amende ira de 61€ à 180€, selon le délai de paiement. Un abonnement mensuel coûte de 2,50 à 19,70€ par mois selon le quotient familial. 85 agents de contrôle circulent sur les lignes du réseau M TAG, qui dessert l’agglomération grenobloise et le Grésivaudan.

S. G. 

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...