Jean-Sébastien Barrault président de la FNTV
Jean-Sébastien Barrault
Président de la FNTV

« La FNTV est au côté des entreprises pour préparer l’avenir »

En 1998, l’association Réunir est née de la volonté de chefs d’entreprises qui partageaient des valeurs communes et avaient la conviction que les PME devaient échanger et se regrouper.

25 ans après, les PME ont contribué à écrire l’histoire du transport routier de voyageurs et continuent d’être des acteurs essentiels des mobilités d’aujourd’hui et de demain.

Réunir, aujourd’hui présidée par Michel Seyt, grand professionnel dont l’expérience de notre métier n’est plus à démontrer, continue à défendre la voix des PME, notamment au sein de la FNTV en participant activement à ses travaux et à ses commissions.

Notre profession se renouvelle constamment et de manière de plus en plus rapide au fil des années. Tous les chefs d’entreprises font preuve d’agilité et d’innovation pour répondre aux défis, de plus en plus nombreux, des transports publics, des transports occasionnels et des services librement organisés. Toutes les entreprises, quels que soient leur taille ou les territoires où elles sont implantées, ont un rôle à jouer dans des domaines aussi variés que l’attractivité des métiers, la transition énergétique ou le développement des outils numériques.

 

La FNTV est au côté des entreprises pour apporter des solutions et préparer l’avenir.


La crise énergétique survenue en 2022, suite à la guerre en Ukraine, ainsi que les difficultés liées à la pénurie de personnel, empêchent les transporteurs de profiter pleinement de la reprise d’activité. Notre profession, par l’intermédiaire de la FNTV, a le devoir d’agir afin que toutes les conditions d’un nouveau développement de nos activités soient réunies au bénéfice des entreprises.

Pour tenter de résoudre les difficultés inédites de recrutement, dès la rentrée 2021, la FNTV avait élaboré une liste de propositions qui a servi de socle au plan d’actions interministériel pour les transports scolaires présenté par le Gouvernement en septembre 2022. La Fédération met tout en œuvre pour que les freins à l’embauche soient levés un à un.

La profession travaille également sur l’attractivité du métier de conducteur. Cela passe notamment par l’intensification du dialogue social. Nous avons conscience que l’attractivité du métier nécessite des efforts de revalorisation et d’amélioration des conditions de travail et les professionnels qui siègent à la FNTV s’y emploient. Il s’agit de travaux de longue haleine pour trouver la bonne voie de passage qui fasse consensus et ne lèse aucune entreprise. Les discussions paritaires sur une nouvelle modernisation du statut des conducteurs en périodes scolaires (CPS) viennent d’être engagées. Le CPS est indispensable depuis sa création mais il peut aussi véhiculer une mauvaise image du métier auprès des salariés. La FNTV a beaucoup consulté ses adhérents pour faire évoluer ce contrat de travail. D’importantes disparités d’approches existent en fonction des tailles d’entreprises, de leur implantation territoriale et de leurs pratiques respectives ; le constat aujourd’hui est que nous devons faire en sorte que ce CPS soit moins « subi » mais davantage « choisi ». C’est le sens des propositions faites par la FNTV aux partenaires sociaux.

Un autre défi majeur pour les entreprises est celui de l’accélération de la transition écologique. Chaque entreprise connaît un contexte différent qui influe sur les choix énergétiques à faire pour verdir sa flotte. Les travaux menés par la FNTV avec les constructeurs et les énergéticiens à la demande de l’Etat, dans le cadre de la feuille de route de décarbonation de notre secteur, concluent à la nécessité d’un accompagnement financier important, stable et pérenne de l’Etat pour atteindre les objectifs fixés. Au-delà de la nécessité de disposer des motorisations alternatives et des infrastructures de distribution des nouvelles énergies, ces efforts ne pourront être réalisés qu’à condition d’être partagés entre tous les acteurs de la chaîne de valeur.

En parallèle, certaines agglomérations, qui envisageaient d’interdire la circulation des véhicules diesel selon des calendriers totalement irréalistes, commencent à se rendre à l’évidence en reculant les échéances envisagées initialement pour la mise en place des ZFE. Nous devons continuer à convaincre les décideurs publics du caractère vertueux du transport collectif.

L’autocar est une réponse essentielle aux problématiques de desserte des territoires, de fracture sociale et du défi climatique. L’écosystème des mobilités est en pleine mutation. Ces changements peuvent inquiéter les entreprises.

Nos PME ont montré leurs immenses capacités d’adaptation au fil des crises. Je suis confiant dans leur aptitude à surmonter les défis qui se présentent. La FNTV continuera à les accompagner dans cette voie.

À lire également

Pauline Henriot
Mobily-Cités : Bonjour Pauline et merci de nous recevoir. Tout d’abord, pouvez-vous nous rappeler rapidement les missions et la raison d’être de l'ART ? Pauline Henriot :  L'Autorité de Régulation des Transports (ART) œuvre au développement de mobilités de qualité, au...
Hubert du Mesnil
Mobily-Cités :  Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi consiste la gestion déléguée et son importance dans les services publics ? Hubert du Mesnil : Bonjour. La gestion déléguée est une forme de partenariat où une collectivité publique, comme une commune,...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
Jean-François Montagne
« Nous devons inventer la mobilité des salariés du 21e siècle »  Jean-François Montagne, vice-président de Dunkerque Grand Littoral en charge de la transition écologique et de la résilience, explique comment la Communauté urbaine va adapter le réseau DK'Bus à la...