Dijon Métropole convertit ses BOM et ses bus urbains à l'hydrogène

Hydrogène: Dijon dans le flou après la faillite de Van Hool

15 04 2024 | Actualités

«Nos bus hydrogène standard Van Hool devaient être livrés à partir de la fin mai. Nous savons qu’une partie d’entre eux sont déjà construits, mais restent bloqués sur le parc de l’entreprise en attendant que la situation se clarifie», indique à Mobily-Cités Jean-Patrick Masson, vice-président de Dijon Métropole en charge de la Transition écologique. 16 bus hydrogène devaient en effet être mis en service dans la capitale bourguignonne d’ici à la fin de l’année, en complément de 2 bennes à ordures ménagères. L’hydrogène vert sera produit grâce à l’électricité issue de la co-génération, un premier électrolyseur étant actuellement en phase de test, pour être prêt à démarrer avant l’été. Le dispositif vertueux prévu pour fonctionner en circuit court pourrait donc connaître quelques ratés au démarrage. Si les bus ne sont pas au rendez-vous, la production d’hydrogène risque de commencer sans garantie de consommation, une seule BOM hydrogène étant en service à l’heure actuelle.

Les responsables dijonnais ne peuvent que prendre leur mal en patience. «Nous avions pourtant reçu un courrier rassurant sur les délais de la part de Van Hool en février», précise Jean-Patrick Masson. Mais à présent, c’est le flou total quant au calendrier de livraison. Impossible d’obtenir des garanties tant que le repreneur n’est pas officiellement connu. Seule certitude: la livraison sera vraisemblablement retardée. A Dijon, qui accueille en juin prochain les Journées Hydrogène dans les territoires, le projet global continue néanmoins d’avancer. L’appel d’offres concernant la fourniture de 10 bus articulés a été lancé, pour une mise en service attendue au second semestre 2025, et les études sont engagées pour la 2e station de production d’hydrogène prévue au sud de la métropole. D’ici à 2030, la Métropole a prévu d’y consacrer jusqu’à 100 M€ d’ici à 2030. La première unité de production coûte à elle seule 15 M€.

Sandrine Garnier 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Les difficultés de recrutement persistent dans le TRV
Les problèmes de recrutement persistent dans le transport routier de voyageurs: 64% des employeurs du secteur sont confrontés à des problèmes de recrutement de conducteurs à temps plein et 72 % à temps partiel. Ces chiffres issus du baromètre de la FNTV pour le 1er...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
SNCF: poussé vers la sortie, Jean-Pierre Farandou défend son bilan
Le départ de Jean-Pierre Farandou devait être confirmé en assemblée générale le 13 mai 2024 même si la SNCF n’a pas officiellement communiqué à ce sujet. Un communiqué laconique du ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires avait annoncé...
Transports publics: faut-il compter sur l’Europe pour financer le choc d’offre?
«La mandature qui s’achève a été marquée par une véritable reconnaissance du rôle clé de la mobilité, et des atouts des transports publics, faiblement émissifs et fortement inclusifs. Maintenant, le cœur du sujet, c’est le choc d’offre qu’il faut financer. Une partie...