Gare d'Amiens

Hauts-de-France: la concurrence et ses limites

30 03 2023 | Actualités

 Réunis en séance plénière, les conseillers régionaux des Hauts-de-France ont validé le 30 mars l’attribution à la SNCF de l’étoile d’Amiens, premier lot TER ouvert à la concurrence dans la Région. Opposée à Transdev dans la dernière ligne droite, l’opérateur historique ne partait pas vraiment gagnant, tant les relations avec l’AO s’étaient tendues à la fois sur des questions de qualité de service et sur la transmission des données d’exploitation et de maintenance nécessaires à la préparation et à l’étude des appels d’offre. Pourtant, son offre a été finalement jugée la meilleure. Conformément à la demande de la région, SNCF Voyageurs s’est engagée à un objectif de régularité de 98,5% et à une augmentation de l’offre de 9,5%. Les pénalités seront multipliées par 4 et la Région pourra résilier le contrat en cas de faute sans verser d’indemnités. Le contrat débute en 2024 pour une durée de 9 ans sur ces lignes qui représentent 17% des TER dans la région (Amiens-Tergnier-Laon, Amiens-Saint-Quentin, Amiens-Albert, Amiens-Abbeville, Beauvais-Abancourt-le-Tréport, Amiens-Creil, Amiens-Montdidier-Compiègne).

Le niveau de régularité annoncé de 98,5% ne signifie pas pour autant que tout va rouler comme par magie sur l’étoile d’Amiens. Il s’agit en effet de la régularité imputable à l’exploitant, ce qui exclut toutes les causes externes (traversées d’animaux, ruptures de caténaires, suicides…). La nouvelle organisation mise en place par SNCF Voyageurs va certes permettre d’améliorer la qualité de service, mais n’aura pas pour résultat de tout solutionner. Pour le voyageur, il n’y aura donc pas forcément d’amélioration conséquente, même si les pénalités en cas de suppression de train vont passer à 1.000€ par train, et même 1.500€ aux heures de pointe. «On met aussi la pression sur SNCF Réseau via notre contrat de performance, indique Franck Dhersin, vice-président en charge des Mobilités. Mais si l’Etat n’investit pas assez sur le réseau, rien ne bougera, concurrence ou pas.» L’élu pointe également les volets Mobilité des Contrats de plan Etat-Région, en souffrance depuis 2020… et dont les négociations ont été sans cesse repoussées. «Malgré les annonces faites par Elisabeth Borne à l’occasion de la remise du rapport du COI, fin février, le préfet de Région n’a toujours pas sa lettre de mission», lâche-t-il.

S. G.

 

 

 

 

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...