Florian-MOHAND Bolloré energy
Florian Mohand
Bolloré Energy

« Les biocarburants ont un rôle majeur à jouer dans la décarbonation des transports »

Avec le B100 ou le HVO, Bolloré Energy propose aux transporteurs des solutions de transition énergétique efficaces, et accessibles sans avoir à renouveler leur flotte. Issus de filières européennes et certifiées, ces biocarburants leur apportent des solutions supplémentaires face aux enjeux de réduction des émissions.

Propos recueillis par Sandrine Garnier

Pouvez-vous nous présenter brièvement Bolloré Energy ?

Florian Mohand : Bolloré Energy assure la logistique et la distribution de produits énergétiques destinés aux particuliers et aux professionnels. Le segment B to B représente environ 60% de notre chiffre d’affaires. Nous distribuons chaque année 3 millions de m3 par an auprès de 600.000 clients, à partir de cinq dépôts situés à Mulhouse, Verdun, Rouen, La Rochelle. Notre réseau totalise 110 agences dans toute la France, et nous sommes également présents en Allemagne et en Suisse.

Quelle est votre stratégie en matière de décarbonation ?

Comme les autres distributeurs, nous incorporons des biocarburants dans nos produits, conformément à la réglementation. Mais nous souhaitons aussi aller plus loin et nous nous préparons à une bascule totale vers les produits bas carbone, conformément aux objectifs de neutralité affichés en France et en Europe. D’ores et déjà, nous incorporons 30% de biofuel dans le fuel domestique que nous proposons aux particuliers. Et nous commercialisons deux types de biocarburant à destination des professionnels : le HVO Izipure, et le B100 Koolza, tous deux issus de matières premières tracées, sourcées et certifiées. Ce sont des critères importants du point de vue du bilan carbone, mais aussi de la performance énergétique. Notre HVO Izipure permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 95%, supérieure à la moyenne retenue par l’Ademe (83%). Ce genre de chose peut faire la différence dans une réponse à appel d’offre. Quant au Koolza, il est produit uniquement à partir de colza cultivé et transformé en France, et permet de réduire les émissions de CO2 de 60 % et les émissions de particules fines de 80 %.

Mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre et des polluants ne peut pas repose uniquement sur les biocarburants… qu’en pensez-vous ?

Nous sommes convaincus que la transition énergétique passe par le recours à un mix adapté aux différents usages, et par une efficacité énergétique dans les pratiques de chacun. Il ne s’agit d’opposer les carburants et les technologies, mais de les utiliser de façon complémentaire. Ces biocarburants constituent une solution pour les véhicules diesel. Le HVO peut être utilisé par un véhicule diesel sans précaution particulière, il est d’ailleurs miscible avec le gazole. Pour cette raison, il n’entraîne aucune modification dans la classification Crit’Air du véhicule, contrairement au B100, classé Crit’Air 1 quand le véhicule est homologué B100 exclusif. Ces solutions vont permettre aux transporteurs de décarboner leurs trajets en fonction des usages et des contraintes auxquelles ils sont soumis. A l’heure actuelle, l’autonomie des véhicules électriques est limitée, et ne permet pas de répondre à l’ensemble des besoins. De plus, ces technologies restent onéreuses, tout comme l’hydrogène. Les biocarburants constituent donc à la fois une solution de transition et sans doute même de long terme, puisque les véhicules thermiques ne vont pas disparaître totalement.

 

Les professionnels sont parfois désorientés face aux évolutions réglementaires.

Comment les aidez-vous à faire leurs choix technologiques ? Et comment les convaincre de choisir vos produits ?

 Vis-à-vis des professionnels, notre action passe aussi par l’accompagnement, avec notamment le soutien au financement des installations nécessaires au stockage : acquisition ou nettoyage de cuves, rétrofit… sans pour autant rendre nos clients captifs. La mise à disposition d’une cuve connectée, qui va permettre de connaître précisément le volume de carburant disponible, et donc de piloter les approvisionnements, n’implique pas l’obligation d’acheter uniquement nos produits. Nous préparons également un outil d’aide à la décision et de suivi à destination des professionnels, qui leur permettra à la fois de préparer leur projet de transition énergétique, en les aidant à identifier les différentes aides, la fiscalité, les solutions d’investissement…
Nous finançons aussi via les dispositifs de certificats d’économie d’énergie (CEE) un montant de 90 M€ de projets chaque année, par exemple pour aider les ménages à améliorer l’isolation de leur logement ou à se doter d’une pompe à chaleur.
Nous faisons la différence sur la qualité du service et de notre maillage. Nous disposons d’une capacité de stockage de 1,2 million de m3 répartie dans 23 dépôts en propriété ou en participation. Nos clients sont donc certains de la disponibilité des produits. D’autre part, nous sommes en capacité de proposer des contrats sécurisants aux professionnels, en leur garantissant le maintien à un certain niveau du différentiel entre le litre de biocarburant et le litre de gazole, ce qui leur permet de stabiliser leur modèle économique sur plusieurs années.

À lire également

Pauline Henriot
Mobily-Cités : Bonjour Pauline et merci de nous recevoir. Tout d’abord, pouvez-vous nous rappeler rapidement les missions et la raison d’être de l'ART ? Pauline Henriot :  L'Autorité de Régulation des Transports (ART) œuvre au développement de mobilités de qualité, au...
Hubert du Mesnil
Mobily-Cités :  Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi consiste la gestion déléguée et son importance dans les services publics ? Hubert du Mesnil : Bonjour. La gestion déléguée est une forme de partenariat où une collectivité publique, comme une commune,...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
Jean-François Montagne
« Nous devons inventer la mobilité des salariés du 21e siècle »  Jean-François Montagne, vice-président de Dunkerque Grand Littoral en charge de la transition écologique et de la résilience, explique comment la Communauté urbaine va adapter le réseau DK'Bus à la...