Bus ile de france mobilité

Fin du thermique: 200 acteurs mobilisés pour le GNV/bioGNV

11 05 2023 | Actualités

200 acteurs montent au créneau pour la défense du GNV. Dans une tribune publiée le 5 mai, transporteurs et utilisateurs réagissent à la proposition de règlement dévoilée le 14 février par la Commission européenne, fixant à 2030 pour les bus et à 2040 pour les poids lourds (dont les cars) l’arrêt de la commercialisation de véhicules thermiques. Fédérations professionnelles, transporteurs, chargeurs, producteurs et distributeurs, syndicats d’énergie, collectivités locales… les signataires alertent les pouvoirs publics sur «les obstacles pratiques qui mettent en péril une transition écologique juste et équilibrée». Ils défendent une technologie mature, qui permet de répondre aux contraintes d’exploitation et, dans le cas du bioGNV, de réduire de 80% les émissions de GES comparé à un diesel Euro 6 (analyse en cycle de vie). Or, en choisissant de mesurer les émissions au pot d’échappement, la Commission européenne pénalise le bioGNV, et ne distingue pas l’électricité renouvelable de celle produite à partir de charbon, ni l’hydrogène bas carbone de sa version fortement carbonée.

«L’efficacité opérationnelle globale d’une flotte et du service qu’elle rend est primordiale : la charge utile, les temps de ravitaillement et l’autonomie sont des paramètres qui ont un impact considérable sur la planification des itinéraires et la gestion des conducteurs. De ce fait, certains cas d’usage de transport routier resteront difficiles à électrifier. La première alternative du mix énergétique, le bioGNV, répond à 90% des missions de transport. Il est déjà plébiscité par de nombreux acteurs : en 2022, un bus sur deux, un autocar sur 4 et 5% des poids lourds ont été immatriculés en France au BioGNV/GNV. S’en passer serait déraisonnable», peut-on lire dans la tribune. Pour les transporteurs comme pour les autorités organisatrices, l’échéance de 2030 pour les bus urbains et celle de 2040 pour les cars implique de lourds investissements non seulement dans les flottes mais aussi dans les dépôts et les infrastructures d’avitaillement. De plus, les solutions technologiques sont encore en phase de développement pour les véhicules lourds et la longue distance. Accélérer la transition vers l’électromobilité pourrait, comme pour les véhicules légers, revenir à soutenir indirectement l’achat de véhicules produits en Asie, au détriment de l’industrie européenne.

S. G.

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Les difficultés de recrutement persistent dans le TRV
Les problèmes de recrutement persistent dans le transport routier de voyageurs: 64% des employeurs du secteur sont confrontés à des problèmes de recrutement de conducteurs à temps plein et 72 % à temps partiel. Ces chiffres issus du baromètre de la FNTV pour le 1er...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
SNCF: poussé vers la sortie, Jean-Pierre Farandou défend son bilan
Le départ de Jean-Pierre Farandou devait être confirmé en assemblée générale le 13 mai 2024 même si la SNCF n’a pas officiellement communiqué à ce sujet. Un communiqué laconique du ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires avait annoncé...
Transports publics: faut-il compter sur l’Europe pour financer le choc d’offre?
«La mandature qui s’achève a été marquée par une véritable reconnaissance du rôle clé de la mobilité, et des atouts des transports publics, faiblement émissifs et fortement inclusifs. Maintenant, le cœur du sujet, c’est le choc d’offre qu’il faut financer. Une partie...