Comment Gaussin compte intégrer les activités de Navya

19 04 2023 | Actualités

Le spécialiste des navettes autonomes Navya va continuer sa route avec le Français Gaussin allié au Japonais Macnica, mais en s’écartant sans doute du marché du transport public initialement visé par les créateurs de la start-up. Le tribunal de commerce de Lyon a tranché mardi 18 avril en choisissant Navya, qui constituera avec Macnica une société à 51%-49%. But : donner une seconde vie à Navya, créée en 2014, et placée en redressement judiciaire depuis février. Le regroupement des activités de Gaussin et de Navya permettra de «créer le seul acteur économique au monde à combiner énergie propre et conduite autonome pour le transport de marchandises et la mobilité des personnes en zone fermée pour les ports, les aéroports et les centres logistiques», a défendu Gaussin devant les magistrats.

La PME d’Héricourt (Haute-Saône), qui conçoit et fabrique des engins de manutention, compte proposer une gamme «complète de véhicules électriques, à hydrogène et autonomes pour répondre aux besoins d’un marché à forte croissance, stimulé par la décarbonation et l’automatisation». Gaussin va transférer son équipe de conduite autonome à cette nouvelle joint-venture et acquérir le kit de conduite autonome développé par Navya, afin d’élargir son offre et de fournir des solutions clé en main pour des déploiements à grande échelle de ses propres véhicules autonomes, indique l’entreprise.

Autre précision apportée en matière de synergie : «Ce rapprochement rendrait possible un déploiement simultané des produits et services futurs à grande échelle chez les clients actuels de Gaussin dans les ports, les aéroports et les centres logistiques (Amazon, UPS, PSA Singapore, Holcim, Maersk, DP World, etc.) générant ainsi un chiffre d’affaires important et immédiat», peut-on lire dans le jugement du tribunal de commerce.

Quant au japonais Macnica, spécialisé dans les semi-conducteurs, produits de réseau, cybersécurité et IA/IoT et mobilité, il emploie près de 4.000 collaborateurs, dont plus de 1.000 ingénieurs, et son chiffre d’affaires 2022 dépasse les 7 Md€. Face au duo Electamobylis-Alten, également candidat à la reprise de Navya, Gaussin et Macnica ont été jugés plus solides financièrement, à même de garantir un apport de 25 M€ sur trois ans, dont 15 M€ la première année. En outre, le prix de rachat des actifs est plus élevé de 1 M€.  Si Gaussin et Macnica reprennent la quasi-totalité des contours de l’ex-Navya, ils ne conserveront que 143 salariés sur 203. La nouvelle coentreprise vise un chiffre d’affaires de 23 M€ dès la première année, principalement à l’export.

Marc Fressoz

 

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Les difficultés de recrutement persistent dans le TRV
Les problèmes de recrutement persistent dans le transport routier de voyageurs: 64% des employeurs du secteur sont confrontés à des problèmes de recrutement de conducteurs à temps plein et 72 % à temps partiel. Ces chiffres issus du baromètre de la FNTV pour le 1er...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
SNCF: poussé vers la sortie, Jean-Pierre Farandou défend son bilan
Le départ de Jean-Pierre Farandou devait être confirmé en assemblée générale le 13 mai 2024 même si la SNCF n’a pas officiellement communiqué à ce sujet. Un communiqué laconique du ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires avait annoncé...
Transports publics: faut-il compter sur l’Europe pour financer le choc d’offre?
«La mandature qui s’achève a été marquée par une véritable reconnaissance du rôle clé de la mobilité, et des atouts des transports publics, faiblement émissifs et fortement inclusifs. Maintenant, le cœur du sujet, c’est le choc d’offre qu’il faut financer. Une partie...