Christian-Broucaret
Christian Broucaret
Président de la Fnaut Nouvelle-Aquitaine

« Des comités de ligne organisés par bassin de vie »

Mobily-Cités : Quelle est votre réaction après la décision de la Région de prolonger de facto le monopole SNCF sur le TER?

Christian Broucaret : C’est une proposition dictée par le bon sens que l’assemblée élue devrait valider à la session de juin que d’octroyer une période transitoire de 7 ans à la SNCF, afin d’assu-rer la continuité de service aux usagers. La Région a décidé d’un découpage en quatre lots du réseau TER de la Nouvelle Aquitaine ouvert à la concurrence conformément à la loi. Cela im-plique la rénovation du technicentre de Limoges pour le lot Limousin et de la création d’une autre unité de maintenance pour le lot Sud Aquitaine (lignes au Sud de Dax). De plus, afin d’ac-quérir une vraie compétence d’AOM, les services régionaux ont besoin de temps afin de définir les cahiers des charges à présenter aux grands opérateurs que sont SNCF, Transdev, RATP Dev et Renfe.

Que pensez-vous de l’évolution du réseau TBM et des objectifs de la nouvelle DSP ?

Nous sommes satisfaits de l’amélioration des interconnexions du réseau TBM avec les gares du RER métropolitain. La mise en place d’un ticket unique va permettre aussi de réaliser des déplacements intra-métropole en utilisant les lignes du RER. Les choses avancent dans ce sens avec le prolongement d’une expérimentation sur la ligne du Médoc, à partir de septembre 2023.

 

La concertation sur le projet de téléphérique, dont la mise en service est envisagée en 2028, s’est achevée en début d’année. Quelle est votre position sur ce sujet ?

La Fnaut Nouvelle-Aquitaine n’est pas particulièrement favorable au projet de téléphérique, qui nous semble assez peu efficace en comparaison d’un tramway. Le bouclage des lignes A et B par le Pont Chaban-Delmas nous paraît largement préférable. Le téléphérique implique une rupture de charge, et comporte un risque du point de vue du classement Unesco.
Vous avez mis en place, avec la Région, une organisation originale des Comités de lignes.
En raison de la grande taille de la Région, nous avons proposé de réorganiser les comités de ligne par bassin de vie. Ce type de fonctionnement permet de mieux prendre en compte les besoins de déplacement, et évite à nos adhérents de multiplier les réunions… et les kilomètres à parcourir pour s’y rendre ! Les séances sont diffusées en direct et diffusées en replay sur la chaîne Youtube de la Région.

Propos recueillis par Charline Poullain

 

À lire également

Grégoire de Lasteyrie

Grégoire de Lasteyrie

Président de la Communauté Paris-Saclay, conseiller régional d’Ile-de-France, en charge des nouvelles mobilités

Christophe Coulon
« Avec la SNCF, nous avons une sacrée reconquête de confiance à opérer » Christophe Coulon explique que le nouveau contrat TER passé avec la SNCF sur le lot d’Amiens a permis de rééquilibrer les relations avec l’opérateur historique et d’élever les exigences sur la...
Youenn Dupuis
Grande couronne : « Le modèle économique des contrats est pénalisé par le contexte inflationniste post-Covid » Tramways, trams-trains, lignes 16 et 17 du Grand Paris Express, lignes de bus en grande couronne… la filiale de la SNCF dédiée au transport urbain accroît...
Grégoire de Lasteyrie
« La qualité de l’intermodalité est déterminante pour faire adopter le transport public » Rééquilibrer l’offre de transports tout en décarbonant les mobilités en grande couronne, redynamiser le mode routier en l’articulant au réseau structurant, soutenir les modes...
Brice Lalonde
« Pour réussir à décarboner, nous devons faire preuve de pragmatisme » Ancien ministre de l’Environnement et ancien ambassadeur chargé des négociations internationales sur le Climat pour la France, Brice Lalonde préside aujourd’hui  l’association Equilibre des...
Youenn Dupuis

Youenn Dupuis

Directeur général adjoint en charge de l’Ile-de-France, Keolis