Station d'avitaillement en bioGNV

L’AFGNV devient France Mobilité BioGaz pour mieux porter les engagements de la filière

14 11 2023 | Actualités

L’AFGNV devient France Mobilité Biogaz. «L’association change de nom pour refléter la réalité du marché et sa dynamique: le passage du GNV au bioGNV. C’est déjà une réalité puisque le bioGNV représente près de 26% de la consommation française de GNV [le double par rapport à 2020] et le bioGNC près de 36% du GNC», a expliqué son président, Erwan Cotard lors d’une conférence de presse le 13 novembre 2023. L’objectif de la filière est d’atteindre un taux d’incorporation de 50% en 2025 et 100% avant dix ans.

Une dynamique de marché qui pourrait se confirmer si l’intégration du bioGNV à la Tiruert (Taxe incitative relative à l’utilisation d’énergie renouvelable dans le transport) est confirmée. En effet, le gouvernement a retenu l’amendement en ce sens du député Renaissance et président du conseil supérieur de l’énergie, Jean-Luc Fugit, dans le PLF 2024. Concrètement, cela autoriserait les producteurs de biométhane de vendre des certificats d’énergies renouvelables aux distributeurs de carburants à partir du 1er janvier 2025. «Cela permettrait de décorréler le prix du bioGNV de celui du gaz fossile sur les marchés, et de renforcer sa compétitivité par rapport au gazole», a expliqué Erwan Cotard. La filière retient donc son souffle avant l’adoption définitive du PLF 2024.

Parallèlement, la filière s’inquiète du projet de règlement européen CO2 pour les véhicules lourds du transport routier de marchandises et de personnes, car le texte exclut le bioGNV des solutions de décarbonation au profit de l’électricité et de l’hydrogène. Le secteur plaide pour la méthode Carbon Correction Factor (CCF) qui permettrait d’inclure le bioGNV et le biocarburant dans le calcul des émissions de CO2. «L’idée est de prendre en compte la part de bioGNV dans le GNV vendu en Europe pour ensuite corriger les méthodes de calcul retenues actuellement», a expliqué Erwan Cotard. Le trilogue doit encore se réunir pour se mettre d’accord sur un texte commun fin 2023 ou début 2024. D’ici là, l’enjeu de la filière est d’obtenir un vote du CCF par le Parlement européen.

France Mobilité Biogaz fait valoir que la filière a structuré un écosystème solide et mature en France, de la production (méthaniseurs) à la distribution (stations d’avitaillement) en passant par les constructeurs de poids lourds: «Cet écosystème est beaucoup plus avancé que les autres énergies et présente une réponse rapide aux enjeux climatiques et sanitaires», a précisé Dominique Ramard, vice-président de la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies). La filière souligne ainsi les gains significatifs en termes d’économies de CO2 (-77% sur le cycle de vie d’un véhicule par rapport à un diesel) ; de pollution atmosphérique (-85% de particules fines et -90% de NO2). Autre argument avancé par la filière, la souveraineté énergétique, technologique et industrielle apportée par le biométhane qui peut s’appuyer en France sur une production locale.

Florence Guernalec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...