Avant le Pass Rail, les Régions veulent des moyens pour développer le ferroviaire

28 09 2023 | Actualités

Face aux présidents de Régions réunis à Saint-Malo le 27 septembre, le ministre des Transports, Clément Beaune, a fait preuve d’un enthousiasme mesuré pour défendre le Pass Rail. Il a préféré mettre l’accent sur l’installation du Comité Etat-Régions des mobilités, dont la première réunion s’est tenue dans le cadre du congrès annuel des Régions. Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et de l’association des Régions de France, avait d’ailleurs planté le décor: «Notre première priorité, c’est d’avoir des trains à l’heure et un réseau en bon état!» Et sans financement conséquent, «50% des lignes risquent de fermer d’ici 5 ans pour des raisons de sécurité», a-t-elle ajouté. L’accroissement des efforts de l’Etat pour entretenir et moderniser le réseau (3 Md€ cette année et 4,5 Md€ en 2027) ne sont pas au niveau des 100 Md€ sur 10 ans réclamés par les Régions depuis déjà un an pour réaliser le choc d’offre qu’elles jugent indispensable. Dans ce contexte, le lancement d’un tarif unique à 49€ voulu par le chef de l’Etat apparaît aux présidents de Régions comme «une mesure gadget» qui contrevient de surcroît à leur liberté en matière de politique tarifaire. Au-delà des positions de principe, les clés modalités de financement de la mesure posent une série de questions, dont la première concerne la participation de l’Ile-de-France au dispositif. Valérie Pécresse l’a souligné le 26 septembre, en signant un protocole d’accord financier avec l’Etat pour IdFM: on ne peut pas comparer Paris et le réseau de transport public francilien avec Bonn ou Stuttgart.

Ce qui fonctionne en Allemagne, pays beaucoup moins centralisé que le nôtre, n’est donc pas transposable tel quel. Quant à l’efficacité des mesures tarifaires pour inciter au report modal, elle reste à démontrer. De plus, et c’est Clément Beaune lui-même qui a avancé cet argument déterminant: les salariés bénéficient d’un remboursement à 50% de leur abonnement, ce qui ramène le coût des transports du quotidien à moins de 49€. Le Pass Rail pourrait donc bien aboutir à proposer des tarifs ciblés à certaines catégories de la population (les jeunes, par exemple), donnant accès aux TER et aux Intercités. Tout reste à définir, même le niveau de prix qui pourrait lui aussi évoluer, à la hausse bien sûr. Quant aux demandes récurrentes des collectivités sur les ressources affectées, VM additionnel en tête, le ministre des Transports se déclare «ouvert à la discussion», tout comme sur le niveau des péages ferroviaires. Pourtant, il reste confiant dans le calendrier avancé pour la mise en œuvre du Pass Rail à l’été 2024. Des scénarios opérationnels et financiers doivent être présentés en fin d’année pour aboutir à la mise en place d’une clé de financement et au déploiement des outils de commercialisation et de billettique quelques mois plus tard. Chiche !

Les présidents des Régions n’ont pas l’air convaincus. Pour eux, la discussion doit être réorientée sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le financement des transports ferroviaires en France. Carole Delga a donc demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, l’ouverture de véritables Assises de la Mobilité ferroviaire et de l’Intermodalité pour définir un système pérenne qui sécurise à la fois les investissements à effectuer sur le réseau et les capacités des Régions à assurer le fonctionnement des lignes dont elles ont la charge. Elisabeth Borne a répondu par le déploiement de la planification écologique, qui va permettre à l’Etat et aux collectivités de travailler ensemble. La Première ministre a également invité les présidents de Régions à signer avant la fin de l’année les volets Mobilité des Contrats de plan, pour lesquels l’Etat est prêt à engager 8,6 Md€, et qui constituent «un jalon déterminant dans la mise en place de la nouvelle politique ferroviaire».

Sandrine Garnier

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Les difficultés de recrutement persistent dans le TRV
Les problèmes de recrutement persistent dans le transport routier de voyageurs: 64% des employeurs du secteur sont confrontés à des problèmes de recrutement de conducteurs à temps plein et 72 % à temps partiel. Ces chiffres issus du baromètre de la FNTV pour le 1er...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
SNCF: poussé vers la sortie, Jean-Pierre Farandou défend son bilan
Le départ de Jean-Pierre Farandou devait être confirmé en assemblée générale le 13 mai 2024 même si la SNCF n’a pas officiellement communiqué à ce sujet. Un communiqué laconique du ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires avait annoncé...
Transports publics: faut-il compter sur l’Europe pour financer le choc d’offre?
«La mandature qui s’achève a été marquée par une véritable reconnaissance du rôle clé de la mobilité, et des atouts des transports publics, faiblement émissifs et fortement inclusifs. Maintenant, le cœur du sujet, c’est le choc d’offre qu’il faut financer. Une partie...