Auvergne Rhône-Alpes: hausse de 30% de l’offre TER en dix ans

07 03 2024 | Actualités

Cinq lots seront ouverts à la concurrence en Auvergne Rhône-Alpes: Auvergne, étoiles de Chambéry et de Grenoble, étoile de Savoie et transfrontalier, étoile ferroviaire lyonnaise, relations longue distances régionales. Les transferts interviendront à partir de 2029, ce qui implique une préparation des appels d’offre dès cette année. La nouvelle convention TER signée mi février entre le président de la Région, Laurent Wauquiez, et le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, marque une étape cruciale dans l’évolution du transport ferroviaire régional. La SNCF passe de 656 M€ à 590 M€, avec un niveau de pénalités pouvant atteindre 13 M€ en année pleine, contre une moyenne de 7 M€ sur la période 2017-22.

En dehors de l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes est la 1re région française en termes de services ferroviaires du quotidien, avec 1.500 TER et 220.000 voyageurs par jour. Parallèlement à l’ouverture à la concurrence, la Région va reprendre en pleine propriété le matériel roulant, ce qui ouvre des perspectives de recours à de nouveaux modèles économiques : appels d’offres passés directement par la Région, acquisitions et investissements de maintenance assurés par les opérateurs des différents lots, location de matériels. Cet investissement permettra d’augmenter la capacité d’emport de l’ordre de 60.000 places (en plus des 161.000 actuelles assises et debout).

D’ici à 2035, la Région Auvergne Rhône-Alpes va investir près de 5,7 Md€ dans le ferroviaire, dont 3 Md€ sur le matériel. La moitié de cette somme sera consacrée à l’acquisition de rames nouvelles : 130 à horizon 2035, dont 19 livrées en 2024 (dont 10 utilisables dès 2024). Le reste servira aux opérations de maintenance et à la création de nouveaux ateliers, dans l’objectif de préserver un parc le plus opérationnel possible pour les usagers. D’autre part, 2,7 Md€ seront investis sur les infrastructures. Au total, 259 M€ par an seront dédiés au ferroviaire pour la période 2024-35, contre 132 M€ sur 2016-23 et 72 M€ sur 2010-15. L’objectif est d’augmenter l’offre TER de 30 % et passer de 220.000 à 300.000 voyageurs quotidiens. Six Services express régionaux métropolitains sont en projet dans la Région : Lyon, Saint-Etienne, Grenoble, Genève-Annemasse, Clermont-Ferrand, et Chambéry.

S. G. 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...