bus accidenté blablacar

Accident de BlablaCar en 2021: le BEA-TT alerte sur les limites des aides à la conduite

10 05 2023 | Actualités

Attention aux effets pervers des aides à la conduite. C’est la mise en garde du Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), qui vient de décortiquer un accident entre un autocar Blablacar et un camion, survenu en mai 2021 sur une liaison Nice-Bordeaux. Le véhicule Irizar i6, exploité par Verdié Autocars pour BlablaCar, avait percuté le camion, en panne sur la bande d’arrêt d’urgence de l’A62, en empiétant sur la voie de droite. Le choc avait fait 11 blessés chez les passagers, dont trois graves.

La conductrice, qui n’avait dormi que quatre heures durant la nuit, conduisait avec le régulateur de vitesse réglé sur 100 km/h et n’a pas freiné avant l’obstacle, «très certainement du fait d’une attention très réduite», indique le BEA-TT dans un rapport publié le 4 mai. D’autant qu’une autre d’aide à la conduite lui a joué un mauvais tour: le système de freinage automatique d’urgence, le AEBS (Advanced Emergency Braking System) qui était en état de fonctionner, ne s’est pas déclenché. Le radar n’ayant pas su détecter un obstacle désaxé.

Au-delà de ce constat, le BEA-TT pointe des trous préoccupants dans la réglementation et la fiabilité des tests. Rien n’oblige en effet un constructeur à garantir la performance du freinage automatique au-delà de 80 km/h. «On peut dès lors s’interroger sur l’emploi de ce système sur autoroute par les poids lourds et les autocars, pour lesquels les vitesses maximales autorisées sont respectivement de 90 km/h et 100 km/h», fait savoir le BEA-TT, qui appelle à sensibiliser les conducteurs sur les limites de cet équipement. L’organisme recommande ainsi «d’introduire dans le règlement CEE-ONU R131 des exigences minimales de performances du système AEBS dans des conditions se rapprochant autant que possible de configurations réelles, en zone urbaine comme en zone inter-urbaine».

L’autre cause principale de l’accident de ce Blablacar «repose la question de l’hypovigilance lors de la conduite sur autoroute, et en particulier en ayant activé le régulateur de vitesse, hypovigilance qui peut être provoquée par une mauvaise hygiène de vie (manque de sommeil, mauvaise alimentation…).» Le BEA-TT avait déjà pointé l’aspect négatif du régulateur dans certaines conditions, au sujet de l’accident d’un autocar FlixBus sur l’autoroute A1, survenu le 3 novembre 2019.

Marc Fressoz

 

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Véhicules lourds: les constructeurs européens publient un Manifeste pour réussir la décarbonation
Pas de Green Deal sans les bus et les camions. Pour atteindre les objectifs européens de neutralité carbone en 2050, les constructeurs réunis au sein de l’ACEA renouvellent leurs demandes de soutien à l’achat des véhicules et au déploiement d’infrastructures de charge...
Déjà championne du covoiturage, l’Essonne subventionne les moins de 25 ans
Les certificats d’économie d’énergie (CEE) doivent-ils servir à financer des politiques de mobilité ? L’enquête publiée dans le Monde du 6 avril soulève des questions au sujet du dispositif des Primes énergie, créé en 2006 par la loi de Programmation fixant les...
Ferroviaire : « une politique de l’Etat illisible », selon la Fnaut
«Ce n’est pas au passager de payer l’entretien du réseau ferroviaire, c’est au contribuable comme c’est le cas partout en Europe», explique François Delétraz à Mobily-Cités le 10 avril 2024. Le nouveau président de la Fnaut rappelle que l’Etat finance bien l’entretien...
Van Hool en faillite, VDL intéressé par la reprise
L’entreprise Van Hool est officiellement en faillite depuis le 8 avril, ainsi que la holding familiale qui contrôle le constructeur belge. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, le plan de sauvetage n’a pas pu être mené à bien, en raison des difficultés...