Edouard-Henaut
Edouard Hénaut
Directeur général France de Transdev

Pourquoi tout miser sur l’intermodalité : « Un pari pour relier les périphéries aux agglomérations »

Le constat est connu, les solutions devant nous : augmenter l’offre de transport  

La dernière enquête barométrique Transdev et Régions de France*, menée par Ipsos, montre que 86% des Français utilisent leur voiture pour au moins un de leurs déplacements du quotidien. Sans vouloir l’abandonner totalement, une partie importante des automobilistes souhaiteraient moins utiliser leur véhicule, pour des raisons très variées (budget, préoccupations écologiques, nuisances…). En même temps, la plupart des Français font parallèlement le constat qu’ils n’ont pas d’alternatives fiables à disposition. C’est tout particulièrement le cas dans les zones périurbaines et rurales. 

Dans ce contexte, l’enquête montre que le développement de l’offre de transports en commun (lignes, arrêts, fréquence…) est le principal levier pour faire passer une partie des automobilistes vers des modes de transports alternatifs au quotidien. Les 3/4 des Français estiment qu’ils utiliseraient des lignes de cars express si elles étaient mises en place entre les villes, leurs périphéries et les zones rurales*.

Les cars express sont au cœur d’une offre multimodale crédible

Le car express a été au cœur des discussions de ces derniers mois et, très tôt déjà, Transdev œuvrait à le faire reconnaitre comme un mode de transport crédible et particulièrement efficace pour le report modal. Ce grand débat a notamment abouti à la prise en compte de la route dans la loi « relative aux services express régionaux métropolitains » (SERM). La définition de ces SERM comme une « offre multimodale » est une victoire pour les Français : ils vont pouvoir compter sur la mise en place systématique de car à haut niveau de service et de réseaux cyclables – en complément du renforcement de la desserte ferroviaire – et de pôles d’échanges multimodaux nouveaux ou réhabilités. La création de lignes express, là où il y a de la demande, fertilisera tout un écosystème amont de parcs relais, covoiturage etc.   

L’intermodalité : maitresse de l’efficacité des chaines de mobilité 

La création de nouvelles chaines de mobilité sera vertueuse. La complémentarité des services doit permettre d’adosser aux offres structurantes – en pénétrantes d’agglomérations (lignes express de trains et de cars) – des solutions de rabattement vers ces lignes fortes (lignes régulières ou à la demande, covoiturage, et vélo, là où la demande est plus faible dans le périurbain et le rural. Pour faciliter l’intermodalité des voyageurs, cette logique doit se poursuivre avec des aménagements urbains : en amont des agglomérations, les pôles d’échanges multimodaux doivent intégrer des parkings voitures ou vélos sécurisés et des aires de covoiturages ; et des services digitaux en temps réel ou la tarification intégrée en les différents modes.

Des parkings relais en amont des zones agglomérées pour garer sa voiture ou son vélo et des voies réservées sur les grands axes routiers pour les lignes express desservant les agglomérations, sont autant d’aménagements qui obtiennent des résultats saisissants.

La région capitale est évidemment à l’avant-garde depuis des années avec l’hyper-réseau d’Île-de-France Mobilités. À une autre échelle, l’extension de l’offre de mobilité du Grand Reims est un exemple particulièrement inspirant sur la question de l’intermodalité. Avec cette nouvelle offre globale, Transdev dessert 100% des habitants, avec une solution de transport à moins d’un kilomètre de chez eux. L’efficacité du réseau repose sur des lignes express et à haut niveau de services – avec parcs relais à leur terminus –, du TAD pour les zones rurales ou d’activités, des boxes vélo mais aussi, l’intégration tarifaire avec des lignes de covoiturage et les TER régionaux. Avec ces nouveaux services, les habitants du périurbain et des zones rurales bénéficieront à terme de trois fois plus d’offre qu’auparavant !

L’ouverture à la concurrence du ferroviaire bénéficiera aux futurs RER métropolitains

Le mode ferré – largement capacitaire, fréquent et qualitatif – apporte la réponse la plus adaptée aux besoins de desserte des très grandes agglomérations. L’ouverture à la concurrence du ferroviaire et la régénération des infrastructures, prévue par la loi SERM, sont une bonne nouvelle pour relancer le rail, là où il est pertinent. En complément, pour couvrir tous les territoires à une maille plus fine, les services de cars express pourront se déployer rapidement pour offrir des solutions sur tous les territoires.

En 2021, la région Sud a fait confiance à Transdev pour l’exploitation de la première ligne ouverte à la concurrence entre Marseille, Toulon et Nice. La première des 16 rames qui nous permettront de doubler l’offre sur la ligne – avec plus de régularité et de ponctualité sur une amplitude horaire étendue – a été dévoilée fin 2023 sur le site Alstom de Crespin (Nord).

Femme qui attend le bus avec deux enfants

Développer la pratique du vélo et l’intermodalité avec le bus sur le réseau

Pour le compte d’Île-de-France Mobilités, Transdev travaille au déploiement de +3 500 places supplémentaires en abris ouverts ou fermés, réparties sur 54 gares de la région francilienne. Ces parkings vélos sécurisés assurent la quiétude des cyclistes en correspondance avec un autre mode de transport.

Les cars express sont une réponse quasi-immédiate à l’urgence climatique, économique et sociale

Alors que 75% des Français se sentent dépendants de leur voiture et manquent d’alternatives*, le car express offre l’avantage de massifier les flux entre la périphérie moins dense et les grands centres-villes – contrairement aux services de transport des zones urbaines denses (RER, métro, tramway). C’est précisément là, sur ces déplacements domicile-travail, que se trouvent les besoins les plus urgents.

Quelques aménagements stratégiques suffisent à garantir la réussite d’une ligne à haut niveau de service : peu d’arrêts, voies réservées et priorités aux feux, connexions avec des P+R et PEM. La fréquence élevée, une grande amplitude horaire et la fiabilité du temps de parcours rendent le car express compétitif par rapport à la voiture. Particulièrement rapide à déployer et flexible, il évite aussi le temps long et les investissements lourds du ferroviaire.

Transdev a déjà opéré 4 types de liaisons possibles par cars express en France ; un « coup d’avance » pour anticiper le développement des futurs SERM sur le territoire :

  • Rabattement sur un parc d’échange routier (ex. gare autoroutière de Briis-sous-Forges en Île-de-France)
  • Connexion de pôle à pôle (ex. pôle d’échange multimodal d’Aix-en-Provence vers Marseille Saint-Charles)
  • Connexion inter-régions (ex. ligne Cherbourg-Rennes lancée en 2024)
  • Liaison périphérie <> centre : Après la liaison Créon-Bordeaux – véritable succès de fréquentation depuis 2019 – une seconde ligne de cars express vient d’être lancée pour desservir la périphérie bordelaise depuis Blaye :

o 55 km de tracé direct

o De 5h00 à 22h

o Toutes les 20 minutes en heure de pointe

Rien qu’en Île-de-France, une trentaine de lignes de cars express sont exploitées par Transdev sur tous les départements de la petite et la grande couronne ; soit 15 millions de voyageurs en 2023. Île-de-France Mobilités prévoit d’ailleurs 45 lignes de cars express en projet pour doubler leur nombre d’ici 2030.

 

Du transport à la demande sur-mesure : en rabattement vers des axes plus fréquentés ou sur une zone définie

Pour relier les zones peu denses aux principaux axes de mobilité, les services à la demande sont une alternative flexible et complémentaire aux modes « express ». Ils sont un moyen pertinent pour effectuer des trajets de proximité – le premier ou le dernier kilomètre d’un voyage en correspondance avec un mode plus fréquent et capacitaire. Le transport à la demande permet aussi d’aller d’une zone peu dense à une autre. Une solution sur-mesure et sobre pour répondre à des enjeux de desserte fine du territoire.

En Normandie, Transdev exploite pour la Communauté d’Agglomération du Cotentin le service de transport à la demande de la 3ème plus grande intercommunalité de France :

  • 100% du territoire couvert, soit 180 000 habitants desservis
  • + 500 arrêts répartis sur les 129 communes
  • Trajet d’une commune à une autre ou vers une ligne de transport régulière
  • Près de 4 000 voyages/mois en moyenne

 

Les pôles d’échanges multimodaux, piliers de l’intermodalité 

Les pôles d’échanges multimodaux (PEM) sont de véritables hubs de mobilité, traits d’union entre les modes mais aussi entre les différents réseaux de transports, urbains et régionaux.  Correspondances fluidifiées, accessibilité pour tous les publics et connectivité des services digitaux : les PEM facilitent l’expérience voyageur. Les parkings relais (P+R), souvent localisés à proximité des PEM, permettent quant à eux d’intégrer plus facilement le véhicule partagé ou individuel dans le mix de mobilités. Un enjeu considérable pour rendre attractif le passage aux transports en commun, sans stigmatiser l’automobiliste !

Transdev assure les correspondances des 40 000 voyageurs quotidiens de la gare routière d’Aix Centre ; la première gare routière de la région Sud. Une attention particulière est portée à la qualité de la signalétique et du guidage au sol ; à l’information en temps réel ; et à la disponibilité des conseillers mobilité.

Notre expérience d’intégrateur de mobilités est visible dans la quarantaine de PEM et parcs d’échanges routiers que gère Transdev, en zones urbaines denses comme dans les territoires ruraux ou de montagne, jusqu’en Outre-mer.

 

*Enquête MobiObserver Transdev et Régions de France, sur « Les mobilités du quotidien des Français en région », menée par Ipsos sur 11 000 Français sondés en 2023. 

À lire également

Hubert du Mesnil

Hubert du Mesnil

Président de l’Institut de la Gestion Déléguée (IGD)

 Anh Lai
Mobily-Cités : Bonjour Anh, pouvez-vous nous parler du marché du Transport par Autocar Librement Organisé dit SLO ?  Anh Lai: Le marché des SLO a poursuivi sa reprise en 2023, comme l'illustre les indicateurs de suivi du marché. D’abord, on observe une augmentation de...
Pauline Henriot
Mobily-Cités : Bonjour Pauline et merci de nous recevoir. Tout d’abord, pouvez-vous nous rappeler rapidement les missions et la raison d’être de l'ART ? Pauline Henriot :  L'Autorité de Régulation des Transports (ART) œuvre au développement de mobilités de qualité, au...
Hubert du Mesnil
Mobily-Cités :  Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi consiste la gestion déléguée et son importance dans les services publics ? Hubert du Mesnil : Bonjour. La gestion déléguée est une forme de partenariat où une collectivité publique, comme une commune,...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
Pauline Henriot

Pauline Henriot

Direction de la régulation sectorielle des transports 2 (Autoroutes, transport routier de voyageurs)
Responsable de domaine