Navya

Véhicule autonome: Gaussin sur les rangs pour la reprise de Navya

13 04 2023 | Actualités

L’entreprise Navya et ses plus de 200 salariés seront fixés sur leur sort mardi 18 avril, sauf délais de réflexion supplémentaires des juges du Tribunal de commerce de Lyon. Celui-ci fera son choix entre deux repreneurs sélectionnés : d’un côté Gaussin, entreprise industrielle créée au XIX e siècle alliée au Japonais Macnica. De l’autre, la jeune société EllectraMobylis, qui commercialise des petits utilitaires électriques légers (MUSES), associée au géant de l’ingénierie Alten, à la pointe en matière de véhicules autonomes. Deux autres candidats qui étaient en lice aux précédents tours n’ont pas été retenus en phase finale. Parmi eux figurait l’autocariste drômois Bertolami via sa filiale Beti, cliente de Navya. La PME formait un attelage avec Macnica, qui fournit à Navya des semi-conducteurs tout en commercialisant des véhicules en Asie. Mais le Japonais, qui affiche quelque 5 Md€ de chiffre d’affaires, a finalement tourné le dos à Bertolami pour s’allier avec Gaussin, absent au premier tour.

La présence du groupe Gaussin, concepteur et constructeur d’engins de manutention portuaire, aéroportuaire et logistique en version autonome, est une surprise. En début d’année, à la veille d’une augmentation de capital, son PDG Christophe Gaussin montrait peu d’empressement à se positionner sur le créneau des navettes autonomes sur route ouverte pour le transport de voyageurs. A-t-il été poussé par les pouvoirs publics à jouer les sauveteurs ? La crainte est grande effet de voir la start-up lyonnaise revendue à la découpe, avec son savoir-faire récupéré par des acteurs étrangers. Le groupe franc-comtois réfute toute pression de ce genre. La société Navya a été placée en redressement judiciaire le 1er février. Depuis, l’exploitation se poursuit. Des proches du dossier estiment qu’une vingtaine de millions d’euros sont nécessaires simplement pour relancer la machine.

Marc Fressoz

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
Les difficultés de recrutement persistent dans le TRV
Les problèmes de recrutement persistent dans le transport routier de voyageurs: 64% des employeurs du secteur sont confrontés à des problèmes de recrutement de conducteurs à temps plein et 72 % à temps partiel. Ces chiffres issus du baromètre de la FNTV pour le 1er...
Damien Kerrand
« Nous utilisons du B100 pour l’ensemble de nos activités »  Avec 17 autocars sur 34 alimentés au B100, ce biocarburant a représenté 68% du total des kilomètres parcourus en 2023 par les Voyages Morio. Damien Kerrand, président directeur général de la PME bretonne,...
SNCF: poussé vers la sortie, Jean-Pierre Farandou défend son bilan
Le départ de Jean-Pierre Farandou devait être confirmé en assemblée générale le 13 mai 2024 même si la SNCF n’a pas officiellement communiqué à ce sujet. Un communiqué laconique du ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires avait annoncé...
Transports publics: faut-il compter sur l’Europe pour financer le choc d’offre?
«La mandature qui s’achève a été marquée par une véritable reconnaissance du rôle clé de la mobilité, et des atouts des transports publics, faiblement émissifs et fortement inclusifs. Maintenant, le cœur du sujet, c’est le choc d’offre qu’il faut financer. Une partie...