Tram Citadis et bus à Tours

35% des entreprises n’ont pas de projet FMD

13 02 2024 | Actualités

Plus de 8 entreprises sur 10 interrogées ont rencontré au moins une difficulté lors de la mise en œuvre du Forfait Mobilités Durables (FMD), selon la 3e édition du baromètre FMD réalisé en novembre 2023 par Via ID et ekodev avec OpinionWay auprès des entreprises privées. Ce baromètre «révèle un besoin de simplification du dispositif» et que celui-ci soit «plus stable dans le temps», a analysé Marty Brige-Legros, consultant senior Mobilités durables référent FMD & NAO chez ekodev, agence de conseil en RSE et stratégie climat, le 8 février 2024. Ce résultat révèle aussi «un besoin de ressources explicatives et d’une boîte à outils avec notamment des accords-types, des retours d’expérience…», a jouté Marty Brige-Legros. 

A fin 2023, 29% des organisations du secteur privé interrogées déclarent ainsi avoir déployé le FMD issu de la LOM et 36% en ont validé le principe. Il apparaît que dans quatre entreprises sur 10, environ la moitié des collaborateurs en bénéficient. Cependant, le dispositif reste «peu connu, peu compris et sous-estimé», a reconnu Marty Brige-Legros : en effet, seulement un tiers des décisionnaires dans la politique de mobilité des entreprises ont déclaré connaître le FMD et deux sur cinq l’ont découvert via cette enquête OpinionWay. En outre, parmi les 35% des entreprises qui ne l’ont pas déployé, 42% ne le jugent pas utile. Ainsi, 54% n’envisagent pas de mettre en place le FMD.

Les employeurs définissent, en moyenne, un montant maximum annuel par salarié de 420 €, proche du montant de la prime transport (400 €). «Les entreprises s’alignent sur les autres abonnements remboursés et incitations financières», a souligné Marty Brige-Legros. Cependant, 72% des entreprises permettent le cumul du FMD avec la prise en charge partielle obligatoire des abonnements aux transports publics. En pratique, 33% des répondants versent le FMD sous la forme d’une participation aux dépenses réelles (achat, abonnements, réparation, entretien…) engagées par le salarié.

Les employeurs indiquent qu’ils ont déployé le FMD pour répondre aux besoins de leurs salariés (40%), renforcer leur pouvoir d’achat (35%), et favoriser des pratiques respectueuses de l’environnement (33%). Néanmoins, 22% des décisionnaires dans la politique de mobilité des entreprises pointent un manque de compréhension et d’information du dispositif, 21% la question des justificatifs à fournir pour les contrôles Urssaf et 18% l’enveloppe budgétaire à allouer – un souci pour 40% des entreprises de plus de 250 salariés.

Parmi les modes éligibles les plus cités, figurent le vélo et le VAE personnel ou en location (44%), les transports en commun hors abonnement (36%) et le covoiturage comme conducteur ou passager (36%, un chiffre qui monte à 55% dans les entreprises de plus de 250 salariés) : «En moyenne, les entreprises sélectionnent deux modes : ce classement révèle la prise en compte des besoins des collaborateurs en fonction du contexte géographique : le vélo dans l’urbain, le covoiturage dans les zones peu accessibles en vélo et dépourvues de transport en commun. A noter que les transports en commun hors abonnement sont utiles en cas de non cumul du FMD avec le remboursement des abonnements en transport collectif pour ne pas pénaliser les multimodaux», a commenté Marty Brige-Legros. D’ailleurs, le FMD est d’abord utilisé pour pendre les transports en commun, le vélo et le VAE, et les EDP.

Enfin, rendre obligatoire le FMD n’est pas à l’ordre du jour à court terme : «Nous y sommes favorables, mais l’exécutif ne souhaite pas augmenter les contraintes qui pèsent sur les entreprises…», a expliqué Pierre-Yves Appert, sous-directeur Multimodalité, Innovation, Numérique et Territoires en intérim à la DGITM, le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires ayant lancé ce baromètre avec la participation de l’Ademe.

Florence Guernalec

 

À lire également

Concurrence : l’ART redoute une «quasi-absence d’ouverture du marché» sur le TER
Saisie par l’Autorité de la concurrence (ADLC) en décembre dernier, l’Autorité de régulation des transports (ART) a rendu un avis plutôt mitigé sur la situation du secteur des transports terrestres de personnes. La démarche de l’ADLC vise à faire le bilan sur les...
Résultats: retour dans le vert pour Transdev en 2022
7,7 Md€ de chiffre d’affaires (en hausse de 10%) et un résultat net de 20 M€. En dépit des tensions sur l’énergie, qui ont pesé pour 82 M€, et sur les recrutements, les incertitudes liées à la crise sanitaire ont disparu: Transdev est revenu en positif en 2022, après...
La Région Auvergne Rhône-Alpes commande 50 cars rétrofités hydrogène à GCK
«Une première européenne et une véritable bascule en termes de technologie, de développement durable, et de protection de l’environnement, avec du matériel produit en Auvergne Rhône-Alpes», annonce Laurent Wauquiez. Les cars rétrofités commandés par la région à...
Laurence Broseta
Australie, Etats-Unis, Moyen Orient : « Nous souhaitons avant tout nous renforcer sur nos marchés actuels » Keolis compte sur ses atouts pour consolider ses positions et gagner de nouveaux marchés à l’international. Métro sans conducteur, tramways, transports...
Le BEA-TT veut encore améliorer la sécurité aux passages à niveau
«En vingt ans, le BEA-TT a ouvert 268 enquêtes et émis un peu plus de 800 recommandations de sécurité…, a indiqué Jean-Damien Poncet, directeur du BEA-TT lors du séminaire organisé à l’occasion des vingt ans de l’organisme le 8 février 2024. Les recommandations du...
Transports publics: le Gart appelle Patrice Vergriete à organiser une conférence de financement
Après quasiment un mois d’attente, la nomination de Patrice Vergriete comme ministre délégué aux Transports suscite des réactions positives chez les professionnels et les collectivités. Le Gart salue un «élu de terrain, fin connaisseur des problématiques rencontrées...